28 décembre 2016

Anecdotes et bilan de fin d'année

Il est temps pour moi de mettre en ligne le dernier article de l'année, qui ne sera pas sans rappeler l'article-bilan annuel. rédigé le 1er janvier dernier. Pour une fois, je prends un peu d'avance.


L'année 2016, tout comme celle qui a précédé, m'a filé entre les doigts. C'est terrible. Quand je relis l'article spécifique rédigé pour Noël 2015, je réalise que je n'ai pas fait mieux du côté des décorations de saison : je me suis plié à cette tradition le 24 décembre à 18 h, par petites touches discrètes (juste à temps) (par contre, j'essaierai de les retirer avant le 31 janvier, cette fois-ci).

Le plus important, c'est que l'ambiance était posée.
Par contre, j'ai oublié d'acheter du sirop de Noël, j'espère que j'en trouverai encore la prochaine fois que je me promènerai à Niort (je vous le confirme, c'est meilleur bien froid, avec du rhum et des glaçons !).

(maintenant que sa tournée est terminée, congés mérités !)
(vous pariez que lui aussi, il préfère avec du rhum ?)

Sur ce mois de décembre, de nouveau, je n'ai pas échappé au stress de fin d'année, avec les obligations diverses et variées, en particulier en matière de consumérisme.
J'ai quand même (un peu) mieux géré, même si ça reste tendu côté finances. L'achat de nouvelles baskets pour le sport, pendant les soldes, reste compromis.
Le point 4 de l'article bilan de 2015 n'était pas une lubie, je continue de bouger.

D'ailleurs, si je refais mon bilan en 5 points... 

26 décembre 2016

Miracle quoi ?...

Cela faisait un petit moment que cela me trottait dans la tête, j’ai décidé d’aborder un sujet personnel et, comme d’habitude, je me suis révélée incapable de le faire de façon synthétique. Je ne pouvais pas parler de rythme de vie, d’organisation, de relation au sommeil / réveil / levé en 3 petits paragraphes. Impossible. Pour me faire pardonner, je vous offre donc quelques gifs, histoire d’illustrer et d’animer un peu pour faire passer la pilule l’article.
(après, comme d’habitude, rien ne vous oblige à tout lire !)


En cette période de digestion post Noël pré-jour jour de l’an, je ne vous parlerai pas de régime (aucun risque ! le gras, c’est la vie !) mais d’un « phénomène » apparu aux USA aux alentours de 2012 et qui a fait grand bruit en France cette année suite à la traduction du livre phare qui le porte : le Miracle Morning. Notez que je n’ai pas lu le livre en question, je n’en ai pas l’intention (sauf si on me le prête / offre / donne). Ce qui m’a inspiré cet article provient uniquement de ressources du web (blogs, sites et forums).

20 décembre 2016

Désencombrement vs propension naturelle au stockage : à l'attaque des bibliothèques

Cela faisait un long moment que je n'avais pas parlé désencombrement sur ce blog, me voilà de retour !

J'attaque cette fois-ci un sujet très précis, qui parlera surtout aux membres du club des Acheteurs Compulsifs de Romans.

Evidemment, si votre objectif dans l'existence est de vivre à l'intérieur d'une immense bibliothèque, façon syndrôme de Belle (avec ou sans la Bête, c'est vous qui voyez), cet article ne vous intéressera pas !

(si j'avais autant d'espace, je renégocierais peut-être les terme du contrat)
(mais sérieusement, je change de décorateur au passage !)

Par contre, si vous désirez conserver un minimum de volume dans votre logement, que vous ne souhaitez pas multiplier les espaces de stockage et que vous en avez assez de perdre votre précieux temps à les entretenir, j'ai peut-être un truc pour vous aider !... 

Il vous suffit de répondre à une première question : êtes-vous vraiment prêts à vous montrer honnête et à aller jusqu'au bout ?...

16 décembre 2016

Une garde robe éthique et éco-responsable, ce n'est pas gagné !

Dans le cadre de ma démarche globale d’amélioration personnelle, je me suis attaquée à ma garde-robe et j’avoue que j’ai du mal à trouver des vêtements qui me séduisent complètement, depuis que je fais plus attention :
  • À la composition : je préfère les matières naturelles, en particulier le lin et le coton, sans bouder la laine (pull, vestes, etc.) et le cuir (chaussures et maroquinerie en particulier) – je sens que je vais faire hurler les végans, mais je ne risque clairement pas de le devenir.
  • Au lieu de confection, pour une question d’éthique, de respect de l’humain, j’apprécierais vraiment de ne plus participer à ce que je considère comme de l’esclavage moderne.
  • Au fait que chaque vêtement acheté m’aille vraiment bien – surtout en hiver, où je suis rattrapée par des envies de cocooning – et aille avec ceux que j’ai déjà. Mes exigences impliquent style, coupe, couleur, le tout doit convenir à ma morphologie, matcher avec mon rythme de vie, mes goûts et préférences, tout en respectant mes petites sensibilités.
(mon dernier craquage, oh joie, m'a été offert !)
(c'est une magnifique veste-manteau à capuche 80% laine KOOI, marque Serbe spécialisée dans les tricots, dont les vêtements sont vraiment (sauf preuve du contraire) confectionnés en Serbie)

Tout cela peut paraître du simple bon sens, pourtant ce n’est pas si facile à mettre en pratique.

21 novembre 2016

Lectures d'octobre

Hum hum. Je sais, nous sommes déjà le 21 novembre, j'aurais pu faire un effort.
(la procrastination, c'est terrible)

Alors, ces lectures d'octobre, me direz-vous ?

Pour faire simple, j'ai commencé avec Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, de Benjamin Alire Saenz, traduit par quelqu'un qui a fait de l'excellent travail mais dont j'ai oublié de noter le nom avant de prêter le roman à Elikya (je mettrai à jour quand je récupérerai le-dit roman) pour les éditions PKJ.
Je suis amoureuse de la couverture (qui en plus colle à 100% avec le roman), j'ai adoré plongé de nouveau dans les années 1980 (même si c'est moins "marqué" que dans Eleanor & Park) et j'ai trouvé les garçons vraiment trop mignons (ils sont pur sucre, comme dirait Melindra). Ce roman est une vraie bouffée d'air frais, du pur feel good et je n'en dirai pas plus. Je compte me le relire cet hiver si j'ai une baisse de moral.


La lecture suivante, par contre...

11 novembre 2016

Pulpeuse fiction

Roman chick-lit de Sophie Noël, paru aux éditions City.

Il y a des petits romans pétillants, comme ça, sur lesquels on a la chance de tomber et de dévorer. Ensuite, on est pris de l'envie de les coller dans les mains de toutes ses copines, parce qu'on sait que la lecture leur fera du bien. C'est exactement l'impression sur laquelle je reste après la découverte de Pulpeuse fiction, que j'ai eu la chance de recevoir dans le cadre d'un partenariat entre l'éditeur et le forum Mort Sûre.
Quand je pense que j'ai failli passer à côté de cette petite pépite feel good par manque de temps !


Car feel good, Pulpeuse fiction l'est, de façon incontestable.