15 mars 2016

C'est quoi, un BuJo ?

Suite à la curiosité de plusieurs personnes de mon entourage ainsi que pour répondre à l'intérêt que plusieurs followers de ce blog ont manifesté, je vais tenter cette année de rédiger quelques articles sur l'organisation, le désencombrement et différents outils qui me sont utiles au quotidien.
Je sais. Il y en a déjà une multitude sur la toile, super bien illustrés. Cependant, il faut bien que ce blog serve un peu à quelque chose, non ?

J'ai décidé de commencer par parler du Bullet Journal, ou BuJo pour les aficionados.

Vous êtes ainsi prévenus, ceci est le 1er article promotionnel d'une série façon " my BuJo" complètement assumé... car ce concept qui m'avait laissée (plus que) dubitative quand je l'ai découvert s'est révélé une sacrée bonne béquille, aussi bien côté personnel que professionnel.
J'en avais très brièvement parlé début septembre 2015, dans l'article "Lubies papeteries".

Pour être honnête, au départ, c'était surtout ça, mon besoin : 
limiter mes soucis de dispersion chronique !



Pour commencer, c'est quoi, un BuJo ?

Autant que possible, j'aimerais vous éviter un cours magistral, car d'autres le font très très bien, donc je vais commencer par balancer quelques liens utiles quand on s'intéresse au sujet et que l'on veut en apprendre plus / se lancer ; surtout quand on n'a pas la chance d'avoir un amateur dans son entourage professionnel ou personnel pour nous montrer concrètement comment ça fonctionne.
Si vous connaissez déjà le principe du BuJo, vous pouvez squizzer cet article sans perdre votre temps, car il ne vous apprendra rien de neuf, je le crains.

Sinon, n'hésitez pas à cliquer sur les liens pour découvrir ces sources à votre rythme.
Le BuJo est avant tout un outil d'organisation qu'on adapte à sa sauce, vous allez vite comprendre pourquoi / comment.
  • Il y a bien entendu le site officiel, tout en anglais... ce n'est pas ma source de prédilection, j'avoue.
  • A mes yeux, il y a surtout l'article Tilékol, qui traduit et explique le concept. C'est celui qui m'a le plus servi / inspirée personnellement. 
  • Enfin, je ne peux pas parler de BuJo sans parler de l'article du site Madmoizelle, qui renvoie lui-même vers plein de liens intéressants.
    De plus, cet article résume la seule chose importante à retenir sur ce concept : son adaptabilité.
  • Si vous en voulez plus, la blogosphère regorge d'articles intéressants et de remontées d'expériences, par exemple :
    > L'article de la blogueuse EllyBeth 'S'organiser avec le Bullet Journal'.
    > L'article du blog Les lubies de Louise 'S'organiser pour la rentrée : le bullet journal'.
Un Bullet Journal peut être minimaliste et ne comporter que les bases, il peut aussi se complexifier à l'infini.
Vous avez besoin d'un truc ? Vous l'ajoutez.
Un autre ne vous sert pas ou ne vous parait pas utile ? Vous le laissez de côté.
Vous pouvez changer d'avis à tout moment.
Vous pouvez complètement modifier la structure de votre BuJo quand vous changez de support (carnet) (je ne m'en suis pas privée).

Vous pouvez débuter un BuJo quand vous le voulez, l'arrêter dès qu'il ne vous sert plus, changer de support si ça vous arrange.
Il se plie à toute vos envies, s'adapte à tous vos besoins. C'est vous qui lui imposez vos contraintes.

Il s'agit d'un concept que chaque utilisateur modèle, en utilisant - ou pas - les outils à sa disposition, ce qui le rend très fléxible.

Le Bullet Journal est, fondamentalement, tout le contraire d'un agenda, où tout est figé.

La tenue d'un BuJo est donc particulièrement adaptée pour les personnes qui se sentent à l'étroit avec un agenda, ou n'en utilisent qu'une petite partie, parfois les deux à la fois en fonction des périodes.

Le principe de base du BuJo, si vous avez suivi les liens et compris le truc, c'est de "resserrer" un maximum l'usage du support et de jouer sur la notion de "migration".

Cette notion de "migration", c'est le pivot du concept. A partir du moment où l'on n'y adhère pas, je conseillerais de rester sur de l'agenda classique. De façon globale, si vous êtes allergiques aux to-do-list, je crois que vous le serez aussi au BuJo.

En début de mois, c'est toujours tout joli tout beau.
Ça ne dure pas. Jamais.

Avec quoi commencer un BuJo ?

Si vous avez envie de tester, je vous dirais d'y aller tranquillement, à votre rythme, en adoptant d'abord la méthode de base, dans sa forme la plus simple, avec un support auquel vous ne tenez pas spécialement.
Un vieux carnet qui traîne sans servir, par exemple.
Ainsi, si le concept ne vous séduit pas après sa période de test (au minimum 1 mois, pour voir si ça passe ou non), vous pourrez l'abandonner sans scrupules.

Mon 2ème BuJo était un carnet à fermeture magnétique Paperblanks, 
il avait illustré l'article "Lubies papeterie" et toutes les photos de cet article en sont issues.

A titre personnel, j'ai débuté avec un minuscule carnet recouvert de tissu qui traînait dans mon sac depuis des lustres. J'y étais un peu à l'étroit, donc par la suite j'ai adopté des supports plus adaptés à mes besoins, avec des pages de 12 x 17 cm. Je passerai un jour ou l'autre sur du vrai A5, l'important étant que mon BuJo me suive partout, donc qu'il rentre dans mon sac.
Côté pro, je n'ai pas cette contrainte, donc j'y suis allée franco en recyclant un cahier de format A4.

Et on y met quoi, pour débuter ?

Si vous avez suivi les liens, vous l'avez sans doute déjà compris, alors je ne fais que répéter... le minimum pour débuter, je dirais, c'est de prévoir :
  • Une légende.
  • Un index (seul endroit du BuJo où on laisse des pages "vides" sans savoir si elles seront vraiment utilisées ou si on va déborder).
  • Le calendrier du mois, qu'on customise comme on veut (liste, tableau, etc).
  • Les objectifs / to-do-list du mois.
  • Ensuite, on complète son BuJo au fil des jours.

On peut ajouter ce que l'on veut à cette base : notre seule limite, c'est notre imagination. Heureusement, la multitude le personnes qui en parlent sur le net permet de trouver plein d'idées.

Je vais m'arrêter-là pour ce premier article, car il est déjà assez long !

Si ça vous intéresse, je vous parlerai dans le prochain de mon expérience personnelle, des raisons pour lesquelles j'ai d'abord eu du mal à adopter le concept, puis de l'évolution de mes supports et des outils que j'ai testés.


6 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout! Moi je fonctionne avec un cahier/ carnet Moleskine (j'aime bien la noblesse du papier...) qui me suit partout et dans lequel je note tout. Ca fait beaucoup rire mes amis et mes collègues quand ils le voient car il ne ressemble à rien. Ca part dans tous les sens à l'intérieur, mais comme j'ai une conception de l'ordre très aléatoire, il me convient très bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bizarrement, ça ne m'étonne pas du tout d'apprendre que tu restes attachée au papier ! J'avoue que c'est ce que j'ai apprécié dans le BuJo, il permet d'y revenir.
      Et j'adore ce côté "conception de l'ordre très aléatoire" : au moins, tu en as une. *rires*

      Supprimer
    2. J'aime le papier, et les stylos. J'aime la sensation d'une plume qui glisse sur une page. Un peu archaïque pour certains, mais c'est mon petit bonheur...
      Ahhh, ma conception de l'ordre aléatoire. Doux Chéri a arrêté de s'arracher les cheveux depuis le temps, mais c'est vrai que c'est ... particulier...

      Supprimer
    3. Tant qu'il lui reste des cheveux, tout va bien, non ?...

      Supprimer
  2. Moi non plus je ne connaissais pas, et je trouve ce concept très sympa ! J'ai appris quelque chose, et me coucherai moins bête ce soir ^^ Je vais même pouvoir jouer à la fille hyper-branchée (que je ne suis pas) en parlant du BuJo dorénavant, merci ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! ^^
      (et désolée pour la réponse hyper en retard, j'ai visiblement eu un petit souci de suivi des notifications de commentaires...)

      Supprimer