25 janvier 2017

Petit rétropédalage sur 2016

Pour débuter l’année, je souhaite parler de ce que qui m’a le plus marquée en 2016 en matière de musique, lecture, film et série, même quand il s’agit parfois de trucs qui datent et que tout le monde connait déjà depuis très longtemps.
De toute façon, je vous rappelle que je suis à l’ouest, on ne va pas me refaire, j’aurai toujours 2 ou 3 TGV de retard.

Pour ne pas vous noyer, je me suis imposée une contrainte : pour chaque item, choisir un seul et unique coup de cœur. J'ai été très raisonnable, vous ne trouvez pas ?
Vous pouvez même applaudir le résultat, parce qu'au final, ça n’a pas été si simple que ça !

 (c'est un peu comme si on vous apportait un délicieux café gourmand 
et qu'il fallait choisir une seule mignardise : des choix, toujours des choix...)



Musique

J’ai découvert (merci Youtube) les Gondola Sessions et ça a été un vrai coup de foudre : de très bons groupes et interprètes enfermés dans des cabines / œufs, avec montagnes en toile de fond… le concept m’a complètement séduite.

Surtout, il m’a permis de découvrir Mike Love. Je sais, un nom pareil, ça ne s’invente pas, en plus ce n’était a priori pas mon style musical de prédilection. Et pourtant... il aura suffit d'un morceau acoustique pour que je sois sous le charme.

Mike Love étant un véritable artiste, ses créations confinent toutes à l’excellence, il faut souvent plusieurs écoutes pour les apprécier pleinement vu la richesse instrumentale de son travail.

Difficile de choisir un titre plutôt qu’un autre, cependant j’avoue que je conserve un faible marqué pour Distant travelers, alors cliquez ici et savourez avant de lire la suite… je vous préviens, le morceau fait presque 5 minutes (vous aurez normalement terminé la lecture de cet article avant), ce n’est pas de la production industrielle formatée pour la radio.

Cependant, j’estime que, vous aussi, vous avez le droit à un pur moment de bonheur musical, alors cliquez et savourez !
(si vous avez plutôt envie de vous marrer, passez sur Barber shop)



Roman

Difficile, très difficile de choisir un seul titre parmi tous ceux que j’ai découvert en 2016…

Alors, si je ne dois en garder qu’un, ce sera L’âme de l’empereur, à mes yeux un condensé de perfection.
Je ne suis pas fan de fantasy, surtout que la lecture de pavés en série n’est pas ma tasse de thé,  alors j'apprécie d'autant plus ce titre de Brandon Sanderson, qui a réussi pour la peine à me réconcilier avec un genre que je boude en temps normal.

Je pense que mon coup de cœur est aussi lié à l’équilibre de ce roman : l'ambiance du huis clos, la complexité de la magie propre à l’univers (en particulier l'usage des spiritampes), la caractérisation toute en finesse des personnages, les enjeux...

Ce roman est un petit bijou et Shai une héroïne d’exception, contrainte de créer un simulacre de l'âme de son empereur sous peine de condamnation à mort… alors qu’elle sait pertinemment qu’elle ne sera pas laissée en vie, qu’elle réussisse ou échoue. Tout le roman est donc, au final, axé sur sa volonté de sauver sa peau… La façon dont elle utilise le peu de moyens à sa disposition pour tenter l’impossible, en jouant sur plusieurs tableaux, force le respect. Et rend surtout la lecture sacrément addictive sans trop en faire, sans distiller de « mystère » pour cacher des faiblesses scénaristiques, sans user de cliffhangers pour créer une attente artificielle.

Ce roman est juste parfait.



Série

Mon gros coup de cœur, en 2016, aura été Preacher.
Ce n’est pas compliqué, hormis le fait que cette série n’est pas du tout grand public (elle est même à réserver à un public averti / éclairé et déconseillée aux moins de 16 ans), je n’ai que du bien à en dire.
C'est (très) violent mais aussi horriblement drôle et sexy.

Au milieu de cette première saison, il y a une scène avec les anges qui est un vrai carnage et pourtant je me suis marrée tout du long...
Les acteurs sont parfaits, le scénario solide, l'esthétique juste fabuleuse.

En plus, j'y ai retrouvé Joseph Gilgun (que j'avais découvert dans Misfits qui était aussi bien barrée comme série, dans son genre). Cet acteur génial interprète Cassidy, un vampire qui profite de son immortalité pour brûler la chandelle par les deux bouts, comportement plus crédible, et bien plus fun !, que celui de ses avatars young adult

D’ailleurs ce sont vraiment les personnages qui valent le détour dans Preacher, j'avoue que j'ai particulièrement adoré Ruth Negga et son arrivée fracassante dans le rôle de Tulip, mais il y a un réel sans faute sur l'ensemble du casting.
La ville qui sert d'arène est pourrie jusqu’à la moelle et il n’y a pas un personnage pour en rattraper un autre. De plus, il y a de « vraies gueules », ça change des castings qui ont l’air d’avoir été réalisés sur un catwalk de défilé de mode (et ça fait du bien).

Le moindre point de détail est exploité et j’ai bien mouliné pour essayer de comprendre les tenants et aboutissants des flash-back de 1881. Quelque part, cette adaptation de comic n'est pas sans me rappeler un film culte de mon adolescence, à savoir Une nuit en enfer.
Bref, j’ai adoré cette série qui n'est pas politiquement correcte, un peu (beaucoup) trash et dans laquelle le côté fantastique est vraiment exploité / partie prenante du scénario.

Alors oui, j’ai aussi vu et adoré Stranger things, cependant Preacher a tout arraché, que voulez-vous ? (puis c’est une série qui fera moins consensus et moins parler d’elle, alors comme il me fallait en choisir une seule, j’ai plus envie de la mettre en avant)



Film

Le film qui m’aura le plus marquée en 2016 est aussi le dernier que j'ai vu… Il s’agit de Arrival, distribué en France sous le titre Premier contact, qui m’a complètement chamboulée.
J’ai été séduite par l’ambiance et la bande son, tellement prise dedans que je n’ai pas vu le temps passer et je pardonne sans souci les deux trois points de détails qui m’ont titillée.

C’est un film qui prend son temps, rempli de subtilités, dans lequel j’ai trouvé énormément de lectures à faire entre les lignes / d'interprétations possibles. Il m’a beaucoup fait cogiter surtout que son principal sujet n'est pas forcément celui annoncé.

Par chance, je n'avais rien lu sur le film avant d’y aller, ce qui m’a permis de le voir sans le moindre a priori.
La science-fiction me fait souvent un peu peur (il y a tellement de films qui ne tiennent pas leur promesses, qu’au final je n’accroche pas du tout au point de regretter d’avoir payé ma place de cinéma…).

Je n'ai pas eu ce souci avec Premier contact, d’autant plus que l'esthétique générale m'a ravie, avec sa lumière naturelle, les musiques superbes et Amy Adams, actrice au jeu subtil qui porte tout sur ses épaules (tout en étant très bien accompagnée).

C'est un film qui mérite vraiment d'être vu sur grand écran mais ça ne m'empêchera pas de le revoir sur petit.



Au final, 2016 aura été une année bizarre.

Mes coups de cœur vont à… un chanteur de reggae, un roman fantasy, une série d’une extrême violence et un film de science-fiction intimiste.
Si on m’avait dit ça il y a un an ! Jamais je ne me serais attendue à découvrir mes coups de cœur 2016 dans ces genres-là !

Comme quoi, sortir de sa zone de confort, c’est bien aussi…

6 commentaires:

  1. Coucou Roanne, je te souhaite aussi une très bonne année 2016. Je suis intrigué par Arrival car on en a parler comme un film d'auteur sur une invasion extraterrestre. Et rien que cela c'est intriguant, car généralement SF= gros production! En tout cas je te souhaite une très bonne année 2017!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, je ne qualifierais pas Arrival de film d'auteur, car il y a un sacré budget derrière (ça sa voit à l'écran et dans le casting). Par contre, c'est clair que l'ambiance est très particulière, intimiste, douce-amère et les lumières très naturelles (enfin, c'est l'impression que ça donner, elles ne le sont peut-être pas du tout !).
      C'est un film particulier, de ce que j'en ai vu c'est un peu 'ça passe ou ça casse' (je connais d'autres personnes qui ont détesté).

      Supprimer
  2. L'âme de l'Empereur, quelle histoire magnifique ! Avec un personnage féminin très intéressant et une magie vraiment originale. Merci pour cette belle découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait c'est Mélindra qu'il faut remercier, car les romans de Brandon Sanderson que nous avons lu sont les siens. ;)

      Supprimer
  3. Je suis bien d'accord avec toi, cette série "Preacher", elle déchire vraiment !!! J'adore Cassidy !
    Du coup, je vais m'intéresser de très très près à tes autres grands gagnants de 2016, toutes catégories confondues, merci ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note que le reste n'est pas du tout dans le même genre. ;)
      "Preacher" c'est vraiment quelque chose de, heu, particulier.
      (ce n'est pas rien de le dire)
      En tout cas, ça me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à avoir adoré !

      Supprimer