16 avril 2017

Lectures de mars

Déjà le 15 avril ? Mes bonnes intentions consistant à ne plus me laisser déborder vont être mises à mal si je ne rédige pas (au minimum) mon petit bilan sur mes lectures de mars. Surtout que j'ai enfin diminué un peu le temps passé à lire, donc avec un peu de discipline, elle peut aller vite la rédaction de cet article !

En mars, je me suis fait plaisir car je n'ai lu que des romans que j'avais envie de lire. Sans blague, ça devient de plus en plus difficile puisque j'essaye cette année d'écluser ma pile à lire et que, forcément, il n'y reste quasi que les lectures que j'ai repoussées (parfois pour une bonne cause, par désir de prendre le temps de les déguster, c'est le cas de la série Les outrepasseurs que je me garde de côté comme du bon vin ; mais le plus souvent, les romans de mon stocks sont des cadeaux ou des achats que je n'ai pas tant envie de lire que ça).
Du coup, je vais être honnête...
sur les 4 lectures de mars, il y a deux cadeaux récents, et un achat de fin février. Voilà voilà.

J'ai commencé le mois de mars avec la lecture du délicieux roman L’Elixir d’Oubli, tome 2 de la série Le Paris des Merveilles, de Pierre Pevel, publié par les éditions Bragelonne : ce roman, je pourrais le renommer Désiré, tellement je le voulais sans jamais l'avoir acquis malgré sa réédition tant attendue. Pour l'anecdote, il est arrivé entre mes mains parce qu'un membre de ma famille me l'a accidentellement offert, sans même savoir que je lorgnais dessus ni même percuter que c'était un tome 2. Parfois, j'ai le c** bordé de nouilles.
Alors, au final, je n'ai pas patienté inutilement : j'ai adoré, peut-être olus encore que le tome 1.
C'est magique, pour moi, de retrouver l'excellente plume de Pierre Pevel au service d'un roman urban fantasy frais, glamour, rempli de détails exquis, très Belle époque et feel good (ce qui change radicalement de l'ambiance sombre de ses romans fantasy).
Il faut vraiment que je mette la main sur le 3ème tome ; ai-je besoin de préciser que ce roman est mon coup de cœur SFFF de mars ?

J'ai ensuite enchaîné avec un autre cadeau, sur mesure celui-ci, car je le dois à ma Chapardeuse qui a évidemment mis dans le mille. J'ai ainsi dévoré Prudence, le 1er tome de la série Le protocole de la crème anglaise, de Gail Carriger, traduit par Sylvie Denis et publié par les éditions Orbit / Le Livre de Poche.
Ce premier opus très attendu par les fans de l'autrice pose bien les bases de sa nouvelle série. On y retrouve sa plume typique, à la fois précieuse et piquante, et deux nouvelles héroïnes obsédées par le thé et les mignardises qui l'accompagnent autant que par les froufrous et autres frivolités.
Par contre, si on veut de la romance, la gestion de celle-ci est beaucoup moins marquée / présente que dans les précédentes séries de Gail Carriger, donc je pense que beaucoup de lecteurs ont été frustrés (il faut dire qu'elle avait placé la barre haut).
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, surtout le fait que les deux héroïnes soient aussi différentes de leurs mères, avec des relations par toujours simples vis à vis de leur famille respective. Puis c'était tellement sympa de retrouver certains personnages du protectorat... Vivement la suite !


Pour la lecture suivante, je suis sortie de ma zone de confort pour lire, enfin, un titre qui a beaucoup fait parler de lui et que je m'étais promis de lire. Il s'agit du roman Le septième guerrier mage, de Paul Beorn (dont j'avais adoré La pucelle de Diable Vert), publié par les éditions Bragelonne.
Pour vous donner une idée, j'ai une amie qui adore la fantasy - à laquelle j'ai offert le roman l'an dernier - qui a vraiment adoré. Je la rejoins entièrement sur le fait que c'est un excellent roman fantasy, un must read, si on aime les grandes fresques fantasy guerrières et épiques. Cela n'est pas particulièrement mon cas (pas du tout, même, pour être honnête) pourtant ça ne m'a pas empêchée d'apprécier la lecture.
Je regrette juste une certaine maladresse, sur la fin, mais je ne développerai pas pour ne pas spoiler.
Si vous aimez la fantasy épique, surtout, faites-vous plaisir (non, je ne m'attarderai sur certains problèmes vestimentaires rencontrés par Jal... je pense qu'il y a un passage qui a dû faire glousser ou ricaner pas mal de lecteurs du roman !).


Après cet aparté fantasy, j'ai eu envie de changer radicalement de genre et j'ai basculé sur un roman young adult qui ne contient pas la moindre parcelle d'imaginaire et qui est pourtant, à sa façon, tout à fait magique. Il s'agit du roman Les petites reines, de Clémentine Beauvais, publié par les éditions Sarbacane.
J'ai adoré cette lecture, qui est mon coup de cœur non SFFF de mars.
Comment en parler sans tomber dans les excès ? C'est un roman qui met en avant trois jeunes filles auxquelles les jeunes de leur âge (mais aussi les moins jeunes) ne font pas de cadeaux (le bel euphémisme...) tout ça parce qu'elles ne rentrent pas dans les critères de beauté de notre société.
Mireille et ses acolytes s'en prennent plein la figure, pourtant, loin de se laisser aller à s'apitoyer, elles vont au contraire se lancer dans une aventure complètement dingue, juste parce qu'elles découvrent qu'elles ont un point commun, à savoir une bonne raison d'être à Paris pour la garden party du 14 juillet organisée à... l'Elysée. 
Ce roman est un peu (beaucoup) déjanté, le ton est extra, c'est du pur condensé de feel good en plus d'être une ode à la tolérance. Et oui, même quand on est grossémoche, on a le droit à l'indifférence plutôt qu'à la malveillance !
Hop, roman directement catapulté sur mon étagère de romans doudous.
(même pas honte)





Voilà, c'est tout pour le mois de mars, rendez-vous en mai pour le prochain point lectures !

7 commentaires:

  1. J'ai eu un très gros coup de cœur pour Le 7ème Guerrier Mage ! Jusqu'à présent sur trois romans lu de l'auteur, il n'y en a qu'un auquel je n'ai pas accroché. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas, il a une sacrée plume ! ;)
      (pour ma part, il me reste "Le jour où" sur mes étagère mais vu la dureté du récit, j'attends d'avoir le bon état d'esprit pour l'attaquer)

      Supprimer
  2. Des lectures bien sympas! Le Pevel me tente beaucoup, en plus je trouve les livres très beaux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que les nouvelles éditions sont très belles.
      Je ne peux que t'encourager à découvrir cette série, elle a un petit côté stylé qui devrait te plaire.
      (ça me rappelle qu'en plus du retard à rattraper sur ton blog, il faut que je commence à préparer mes envois de mai : j'ai des romans pour toi qui prennent la poussière !)

      Supprimer
  3. Que de jolies lectures, c'est un bon cru ce mois de mars. Pour ma part, j'ai du mal à décrocher de mon trésor, mon précieux, j'ai nommé la série La Passe Miroir, de Christelle Dabos. Je crains que les romans d'après ne souffrent de la comparaison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends, ces romans sont tellement... je n'ai même pas de vocabulaire pour les qualifier.
      Je crois que j'avais eu aussi un passage à vide après leur lecture. Je m'étais rabattue sur des magazines et des films / séries puis j'avais repris la lecture avec un style radicalement différent pour qu'il n'y ait pas de comparaison possible.
      (je suis ravie en tout cas que tu aimes autant, ça me prouve que ce n'est pas juste moi qui souffrais d'un excès d'enthousiasme)

      Supprimer
  4. Très jolie couverture pour le Pierre Pevel!
    Le Paul Beorn me tente bien aussi... les journées sont trop courtes!

    RépondreSupprimer