23 octobre 2017

Ohé ! Y a quelqu'un ?

Quelqu'un ?

Quelqu'un ?

Quelqu'un ?

Quelqu'un ?


Mises à part quelques scutigères et araignées... je ne le jurerais pas.
Je pourrais prétendre que je suis super confuse d'avoir plus ou moins (plutôt plus que moins) abandonné ce blog au cours des derniers mois, cependant ce serait quand même un énorme mensonge (au minimum de l'ordre du volume de mon fessier, ce qui n'est pas peu dire) donc je m'en abstiendrai.

Si mes plumes sauvages prennent la poussière, je plaide coupable.

Echo, de Talbot Hughes.
Juste au cas où un amateur de clin d’œil mythologique passerait dans le coin.
(non, je ne vise personne)
(oui, je suis de mauvaise foi)

Le truc qui menaçait de me tomber dessus depuis belle lurette a bien fini par m'écraser de son poids et ça m'a un peu coupé la chique, comme on dit.
Je n'ai jamais été une personne très créative mais là... là... on peut dire que je suis tombée en-dessous du niveau 0.
Plus aucune créativité, dans aucun domaine.

C'est d'autant plus couillon que j'avais plein de trucs en tête et que je venais justement de m'aménager un petit coin plus pratique pour bricoler (au final, il me sert surtout à plier mon linge propre, c'est dire à quel point je suis tombée bas).
Bref, j'ai enfin un endroit pratique, lumineux, verdoyant, où me poser pour cogiter et faire des trucs avec mes mimines.
Cependant... rien.
Rien de rien de rien.

Ces derniers mois, je n'ai fait que fuir et reporter voire carrément abandonner une multitude de trucs. Même quand j'ai cru Muse revenue, je ne me suis pas sérieusement remise à écrire. Heureusement, j'ai quand même réussi à corriger un peu, ça sauve les apparences.
Tous les domaines ont pâti de mon blocage : quand je rentre le soir, j'ai juste envie... de rien. Ou presque... puisqu'en réalité je ne suis pas pour autant restée les bras croisés, même si j'ai sacrément ralenti mon rythme de vie.

Pour vous donner une idée, c'est Halloween dans 8 jours et je n'ai même pas penser à anticiper pour offrir une petite déco de saison aux mômes des voisins qui passent tous les ans. C'est nul de ma part (question subsidiaire : qu'est-ce que je peux prévoir en si peu de temps à moindre frais ?) (au minimum, les bonbons, sûr)


Non, pitié, pas de combinaison licorne ; ce truc là... est vraiment trop effrayant ! 
Mes voisins ne me pardonneront jamais si je traumatise leurs héritiers.

Ce qui est certain, c'est que je dois chercher et trouver un équilibre : vivre à un rythme plus doux, plus respectueux de mon côté marmotte, oui ; tomber dans la passivité et regarder ma vie défiler de loin, non.
Sinon, ce sera la Bérézina. Ce n'est même pas une question de culpabilité, plutôt d'estime de soi.

Vous pensez bien que l'un dans l'autre, je n'avais même plus le feu pour alimenter ce blog.
Surtout que je m'interroge toujours sur l'utilité de le faire. 
C'est même, honnêtement, la question qui me taraude le plus. 
Malgré l’essor de Youtube, je suis très attachée à la culture bloguesque et, de toute façon, je n'ai aucune envie de faire des vidéos - c'est encore plus chronophages que les articles écrits. Puis ce n'est tout simplement pas mon truc de me mettre devant un objectif, je n'ai pas envie de me mettre en avant, pas trop en tout cas.
De plus, je serais confrontée, au final, au même problème : de quoi parler ?
C'est un peu ça, le fond du problème.
Je ne sais pas quelle "ligne éditoriale" adopter. Je ne sais pas quels sujets je peux partager, ce qui intéresserait les rares personnes qui suivent encore. Il y a tellement, tellement de choses que j'ai lues, vues, découvertes ces derniers mois qui auraient mérité un relais ! Cependant, est-ce que ce n'est pas déjà traité par d'autres dix fois mieux que je ne le ferai jamais ?
Je ne parle même pas de me contraindre afin d'éditer en moyenne un article par semaine, je n'en suis clairement pas là !

Du coup, pour le moment, je me contente de faire un peu le ménage. Pas mal d'archives ont été supprimées. Histoire de retirer quelques couches de poussière et d'alléger. Je vais poursuivre tranquillement ce travail qui m'aide à me réapproprier cet espace.
Ces derniers jours, j'ai même réussi à me remettre un peu à l'écriture, avec la conscience qu'il faut juste que j'arrive à me trouver un rythme, par contre je ne me sens vraiment plus légitime pour parler d'écriture ou d'édition, vu que je n'ai rien fait ces deux dernières années.
De la même façon, j'ai dépoussiéré Becky pour tenir une promesse, mais il n'y a pas de quoi en faire tout un plat, j'espère juste que ma couture est assez solide vu l'usage auquel elle est destinée.

Je continue donc de cogiter. Si tenir ce blog n'a plus de sens, je prendrai la décision qui s'impose et le supprimerai proprement plutôt que de le laisser s'encroûter davantage.
J'avoue que penser à Echo me fait aussi penser à Narcisse. L'un dans l'autre, je me demande toujours si mes questions tordues et mes prises de tête... ce ne serait pas du pur délire narcissique. En fait. Voilà voilà. Je ne suis pas fière de moi.

Echo et Narcisse, de John William Waterhouse
Ou comment passer élégamment du coq à l'âne.

10 commentaires:

  1. Est-ce qu'une des choses qui bloquent dans la tenue du blog c'est justement de vouloir te donner une ligne éditoriale ? Pourquoi ne pas juste écrire ce que tu veux écrire, que ça intéresse ou pas les gens qui te lisent ? C'est ton blog. Si c'était ta source de revenus, là oui, tu devrais plaire tes lecteurs, mais si ce n'est que pour toi, fais ce que tu veux, partage ce que tu veux. Tu n'as de comptes à rendre à personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton passage Jo Ann, j'ai pris le temps de cogiter à tes remarques avant de répondre. C'est qu'elles posent questions ! ;)
      Il est certain qu'un blog est un espace d'expression personnelle, mais si je poursuis celui-ci sans prendre en compte son lectorat (aussi modeste soit-il) je me demande vraiment quel serait l'intérêt de le tenir. Ecrire des articles qui ne seraient lus par personne, c'est un peu une perte de temps quand même, non ?
      Je continue de cogiter et de prendre des notes, et je verrai ensuite si je le relance ou si je le supprime.

      Supprimer
    2. Mais tu peux ne pas perdre ton lectorat et en gagner un nouveau au passage. Tes lecteurs ne sont pas uniquement lecteurs de livre ou primo-romanciers (enfin, je crois !), leur horizon est bien plus large qu'une ligne éditoriale.
      Se forcer à tenir une ligne alors qu'on n'en a plus envie n'est pas très plaisant à lire non plus, on voit quand un blogueur se force, ça ne donne pas envie de rester.
      Donc mon conseil à moi, tout à fait personnel, c'est de te lâcher et peut-être que tu auras des bonnes surprises en cours de route ! :-)

      J'ai blogué quotidiennement pendant des années avant de m'orienter à une seule thématique (écriture/édition) parce que ma vie privée était à un point chaotique que j'avais besoin de la gérer par moi-même, pas l'exposer. D'autres auraient sûrement fait l'inverse, d'ailleurs ! Puis, quand je n'ai plus eu des choses à dire, j'ai arrêté, tout simplement, gardant mon blog pour le transformer en vitrine.
      Donc si tu arrêtes, je te comprends 100 %. Mais ne t'arrête pas avant de tester. :-)

      Supprimer
    3. C'est justement le souci, j'ai l'impression de beaucoup m'exposer (il est très moi-je ce blog, quel ego la fille quand même ! *rires*) et ces derniers mois... je n'en ai pas eu forcément envie. Le truc c'est que je ne sais pas comment c'est perçu de l'extérieur. Ni comment, potentiellement, ça peut m'être renvoyé dans les dents.
      Et comme je n'ai rien à mettre en vitrine... c'est bien simple, soit je me recentre et j'assume des articles qui resteront très personnels (sans pour autant refléter complètement la réalité de ma vie, c'est le piège), soit j'arrête complètement.

      Supprimer
  2. Outch. Tu mets le doigt sur un certain nombre de questionnements sur la créativité qui me traversent aussi (c'est pas bien de faire cogiter ma petite tête à une heure pareille !).
    Je ne sais que te dire, hormis en partageant mon expérience personnelle (si tant est qu'elle puisse te servir). A un moment, je tenais un blog moi aussi, qui est devenu privé pour mon cercle d'amis et la famille, et que j'ai fini par abandonner pour les mêmes raisons que tu évoques : "pourquoi continuer si personne ne le lit". Pour être honnête, c'était devenu aussi une contrainte. Je ressentais comme un "retard" les articles que je n'avais pas encore publié...
    J'ai finalement trouvé une solution de compromis, bien que pas optimale. Comme je me servais surtout du blog pour partager des photos ou vidéos de visites et de voyages, je suis passée par facebook pour le faire (certes, facebook n'est pas en soi une solution idéale...). Ok, c'est un autre média et le contenu de ton blog est bien plus cérébral que ne l'était le mien. Le parallèle n'est donc peut-être pas très pertinent.
    Tout ça pour dire... le blog ne doit pas être une contrainte. S'il le devient, c'est qu'effectivement, ça n'en vaut peut-être plus la peine. Si tu continues à prendre du plaisir à le faire vivre, alors j'ai envie de dire : qu'importe le contenu, du moment que ça te plait à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton avis Nyna, ça me fait drôlement plaisir au passage que tu sois passée pour partager ton expérience.
      Bizarrement, je n'ai pas trouvé mon blog contraignant ces derniers mois, puisque justement j'ai complètement lâché prise.
      Je continue de cogiter, on en discute aussi avec d'autres amis dans un groupe privé sur FB et, globalement, je crois que vous m'encouragez tous, chacun à votre façon, à poursuivre... en mentionnant bien que je dois respecter mes envies et sans trop me contraindre justement.
      C'est à vos risques et périls, mais bon, si vous insistez... :))
      Il va juste falloir que je me pose un peu pour réorganiser un brin, faire le ménage du côté des vieilles fiches de lecture et surtout ne jamais perdre de vue que vu mes gros pics de doute, il faut que je lâche du lest et que j'évite de (trop) me prendre au sérieux !
      Je crois que j'évolue, tout simplement, et j'ai besoin que mon blog le reflète.

      Supprimer
    2. Moi je vote pour continuer!!! Avec les deux mains levées, et les pieds aussi ! Et je peux t'assurer que cette position n'est pas commode!

      Supprimer
  3. J'ai mis du temps à répondre à ton article parce qu'il soulève des tas de choses aussi en moi. Je serais bien mal placée pour te dire quoi faire, mais comme l'ont souligné les autres, le plaisir avant tout, l'envie avant tout. Si tu dois prendre du temps pour toi, pour retrouver l'envie de créer, quelque soit le domaine, d'ailleurs, fais-le. Alors peut-être que tu éprouveras l'envie de reprendre ce blog. Et sinon, sache que ce type de questionnement fait de très bons articles, je serais très intéressée de suivre ton cheminement si tu as envie d'en parler ici.<3

    RépondreSupprimer
  4. Eh ! Mais moi, je le lis ton blog ! J'aime beaucoup tes articles retours de lecture, ceux sur la couture (qui me laissent vaguement envieuse), etc... J'aime beaucoup suivre ton blog parce que ça me permet de prendre un peu de tes nouvelles par articles interposés...

    RépondreSupprimer
  5. Je prends enfin un peu de temps pour venir faire un tour chez toi. Timing serré niveau boulot (pour ne pas dire l'horreur!), mais c'est l'un des endroits où j'aime venir, un des endroits un peu "pour moi", qui me fait sourire, me vide la tête, et varie mes horizons... C'est tout bête, mais si tu le fermes, je vais me sentir un peu orpheline, j'aime bien relire certains de tes "vieux" articles, mais je comprendrai hein. Bien sûr que je comprendrai...

    Pour la créativité, ne te pose pas trop de questions, il y a des moments de vie comme ça. On ne sait pas pourquoi, on a moins envie. Muse a fait ses valises pendant un temps, elle en avait sans doute besoin, elle va revenir. Tu as raison de dire par contre qu'il ne faut pas rater le moment de son retour, après une absence les retrouvailles sont parfois difficiles.

    Pour l'aiguille ou autres posts de créativité, je n'ai pas fait de patchwork pendant 6 mois. oui, 6 mois... Pour moi, c'est énorme. Cela ne m'était pas arrivé depuis le décès de ma mère. Je n'avais pas/ plus envie, et ça revient...

    Alors ne te pose pas trop de questions, vis tout simplement, fais ce qui te tente. Tu n'as pas envie d'écrire, ne le fais pas. Tu as envie de gribouiller quelques idées? Fais-le. Tu as envie de prendre ta machine à coudre: super. Mais si elle prend la poussière, super aussi.

    Vis pour toi, et pas pour ton blog ou pour ce que tu devrais faire...

    Et pour ton blog, enlève-toi toute pression... Ce n'est pas une obligation que de publier souvent. L'important est le plaisir. Et peut-être qu'il reviendra si tu ne te sens pas obligée...

    Mais sache juste que j'ai vraiment un plaisir fou à te lire, même si je suis souvent discrète (il me faut du temps pour rédiger mes messages, et le temps... pfff)

    RépondreSupprimer