14 février 2018

Je n'éprouve aucune gratitude et je l'assume !


Aujourd'hui, c'est la Saint-Valentin, fête de l'amoûûûr consumériste où tout est prétexte à vous faire débourser vos sousous pour vous rendre soit disant plus séduisant(e), alors même que vous peinez à vous remettre des folies de Noël (pour gâter vos proches) et de celles des soldes (pour encombrer vos placards, armoires, portants et autres dressings, pour ceux qui ont de la place) (sous prétexte de devenir / rester stylé ou tendance) (la bonne blague).

Je ne crois pas être la seule que ça hérisse.
Je souffre d'une véritable poussée d'urticaire rien que d'y penser.

Je ne parle pas seulement de la Saint-Valentin mais de cette manie systématique de notre société de nous faire croire que, pour toute chose, il faut avoir du fric et le dépenser.
Quand on s'y penche un peu, on s'aperçoit que ça vaut pour tout !

Ainsi, vu que j'ouvre les yeux et sors un peu plus de chez moi / navigue un peu plus sur les réseaux sociaux, je suis assez effarée par ce que je découvre.
Alors qu'un BuJo peut se faire sur n'importe quel support, même le plus prosaïque (vieux carnet, cahier), la société pousse à acheter des carnets estampillés / préconçus pour cet usage (ils sont chers, en général).
Alors que nous maîtrisons un nombre limité de recettes (de plus, nous avons toujours tendance à refaire les mêmes), la société pousse à toujours acquérir de nouveaux bouquins de cuisine et de la nouvelle vaisselle pour suivre la dernière tendance ; oubliez verrines et cassolettes, il faut passer aux bouddha bowl (ce sont les mêmes recettes, seul le contenant change, cherchez l'arnaque).
En cherchant un peu, on peut trouver de tels exemples à la pelle.

Dans la même manne, j'ai vu apparaître un carnet de gratitude.
Là, j'avoue, ça a été le truc de trop, après tout le foin (commercial) autour de la Saint-Val (non, je ne veux pas porter de lingerie pupute ce soir) (de toute façon il fait trop froid pour ça !).

Peut-être ai-je fait une overdose de lectures bisounours - la fleur au coin de la bouche - tout le monde il est trop merveilleux - eh quoi, t'es pas content de ta vie ? t'as pourtant tout pour être heureux ! et que ça m'a rendue grincheuse.
Peut-être pas.
Je suis peut-être grincheuse de nature.

Donc, aujourd'hui, je l'avoue, elle me gonfle cette pression sociale qui se glisse partout et parfois de façon très insidieuse (merci les réseaux sociaux et ces comptes qui "vendent du rêve" à longueurs de publications...).
Un carnet de gratitude. Vraiment ? Et puis quoi encore ? Ah, oui, j'ai vu aussi des carnets de listes, des carnets pour organiser les 52 semaines de l'année, des carnets pour être créatif tous les jours...
Je suis certaine qu'en cherchant bien on trouvera un carnet Je suis une parfaite petite ménagère (les années 50, c'était bien).
Au cas où vous seriez une femelle et que vous auriez l'outrecuidance d'oublier qu'en plus d'être efficiente au boulot, organisée, toujours souriante et avenante, super-maman et over-sexy, il faut vous poser en fée du logis.

Du coup, moi, je n'ai absolument pas envie d'éprouver la moindre gratitude, dans ces conditions.
D'abord, officiellement, dans sa définition de base, c'est quoi, la gratitude ?
La gratitude est le sentiment que ressent une personne dans la mesure où elle est reconnaissante vis-à-vis d’un plaisir/ d’une faveur qui lui a été fait ou d’un service ayant été rendu. La gratitude donne envie à la personne concernée de correspondre/rétribuer ladite faveur d’une façon ou d’une autre.
Plus prosaïquement, c'est petit à petit devenu synonyme de "sentiment de reconnaissance" et employé en ce sens.
Cependant, je n'arrive pas à m'ôter de la tête le premier sens que l'on m'a appris :
Sentiment affectueux que l'on éprouve envers quelqu'un dont on est l'obligé.
L'obligé.
Voilà ce sur quoi je bloque.

Vous savez pourquoi j'adore les chats ?
Ils s'installent, profitent de l'instant présent et ce le plus naturellement du monde.
Ni gratitude ni ingratitude. Ils profitent de ce qui leur est offert sans jamais se sentir redevables, vont chercher ce dont ils ont besoin et ne s'embarrassent pas de sentiment de culpabilité.
Ils ne sont les obligés de personne.

Et pour autant, ils ne font pas chier, n'obligent pas à faire / être comme eux, sont toujours très attentifs à leur environnement et aux êtres qu'ils apprécient. Simplement, ils ne s'oublient pas au passage.

Pour moi, c'est une véritable leçon en soi !

Alors quand je lis que je devrais remercier je ne sais qui (quand ce n'est pas carrément un dieu quelconque, parce que la gratitude à la base, petit rappel historique, était dédiée au divin, d'où vient le Thanksgiving américain, d'après vous ?) pour chaque petit bonheur de mon existence, cela m'agace un peu.
La plupart de nos petits bonheurs, on les doit avant tout à nous-mêmes.
Quand on fait preuve de bienveillance, qu'on ne pourrit pas la vie de notre entourage sous le moindre prétexte, qu'on ne porte pas de jugement hâtif (ou du moins, qu'on essaye), qu'on n'hésite jamais à s'investir sur des projets, à aider et clairement qu'on essaye autant que possible ne n'emmerder personne, il me semble que nos petits bonheurs sont légitimes.
Nous devrions pouvoir les apprécier sans avoir à en remercier qui que ce soit, à mon sens.

Du coup, je n'ai absolument pas envie de dépenser le moindre euro pour un carnet de gratitude.
Par contre, pour le titre Sauvez votre peau ! Devenez narcissique, ça peut se négocier...
Il semble cependant qu'avec cet article, je viens de prouver que je n'ai peut-être pas besoin de cette lecture, n'est-ce pas ?


Maintenant, si cet incroyable égoïsme égocentré que j'affiche vous sidère, vous pouvez me jeter des cailloux, je viens de passer ma doudoune, je ne crains plus grand-chose !

Vous pouvez aussi vous poser à côté de moi et en profiter pour boire une boisson réconfortante pour profiter d'un instant peinard que vous ne devrez à personne d'autre qu'à vous...



Edit
Petites précisions :
- je ne dis pas que je n'aime pas les fêtes, juste ce que la société essaye d'en faire - passer du bon temps avec ceux que l'on aime devrait être notre seul objectif ;
- si vous aimez la lingerie commercialement qualifiée de "sexy", c'est votre choix et je ne le juge pas, donc je m'excuse d'avance pour ceux et celles qui se seraient sentis agressés par ce passage entre parenthèses où je la qualifie de "pupute", ce n'était pas mon objectif de vous blesser - je souhaite juste exprimer que j'en ai marre qu'on m'impose ça comme seule voix valable de séduction ;
- si vous adorez multiplier les carnets dédiés, c'est aussi votre choix, tant mieux pour vous, donc, puisque c'est la grande mode ; sachez juste que vous pouvez créer de toute pièce votre propre carnet de gratitude pour 3 fois rien, qu'il sera unique et que ce sera sans doute au final plus... gratifiant ?

10 commentaires:

  1. Merci pour cet article dont j’aime beaucoup le ton. L’insolence rebelle te va comme un gant !
    Plus sérieusement, ce qui a le plus de valeur pour moi, ce n’est pas l’argent, c’est le temps. Donner de mon temps pour partager un bon moment avec une personne, ou pour lui faire un truc diy plus ou moins réussi, je l’avoue, c’est cela qui a le plus de valeur.
    C’est la St Valentin et je suis actuellement vêtue d’une robe de chambre en pilou, c’est le comble de la sexytude ! Par contre, j’ai fait un crumble pomme-cerise, je ne sais pas si ça compte ? Mouahaha !
    Elikya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une robe de chambre en pilou ? Là, tu fais fort ! Je pense que tu gagnes de loin.
      Avec mon bouquet de poireaux, j'espère quand même mériter le 2ème prix. ;)
      (le crumble, c'est un coup bas, l'avantage c'est qu'il n'est pas estampillable St-Val, donc on va dire que ça compte pas... et aux cerises en plus ! celles du printemps dernier que tu as congelées ?)

      Supprimer
  2. Voilà le genre d'article qui me fait le plus grand bien quand le moral descend un peu. Marre de se voir dicter ce qu'il faut acheter à Noël, à la St-Valentin et de bouffer 15 galettes des rois début janvier. Et personnellement, je suis allergique aux carnets prépremplis ou aux bibles de conseils spécial bujo que tu payes alors que le concept est gratos et dispo partout sur le net et qu'il te suffit d'un carnet tout con pour le faire. Après comme tu dis, c'est la liberté de chacun de se laisser entraîner dans ces tendances, je ne juge pas ceux qui achètent, juste ceux qui profitent de la vague pour te pousser à claquer les sous (que tu n'as pas forcément) dans du paraître.
    Quant à la gratitude, je ne dis pas que l'exercice n'est pas bon, mais comme tu le dis très bien, on est souvent soi même responsable des petits trucs bien qui arrivent, on les a attirés d'une façon ou d'une autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas juger, c'est important. Ce que je revendique et revendiquerai toujours, c'est d'avoir le choix et de pouvoir le faire sans prendre un retour en effet boomerang.
      (les 15 galettes, ne m'en parle pas, j'ai eu mon overdose annuelle côté pro ^^)

      Supprimer
  3. Ce que j'aime cet article !!! Hier, je suis allée faire des courses, faut bien manger, et tous ces hommes en quête de bouquets de fleurs et de chocolats, tous ces déshabillés en vente, ça m'a mise mal à l'aise. Je n'ai rien non plus contre la Saint Valentin, mais groumpf, quand on aime quelqu'un, on n'attend pas une fête commerciale pour lui faire plaisir ! C'est tous les jours, par quelques mots, des attentions, qu'on prouve notre amour. Du moins, c'est ainsi que je le vois. Je n'aime pas ces obligations sociétales. Ça doit être mon côté rebelle. Je suis heureuse de le partager avec d'autres. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord, il faut fait plaisir à tout moment, dès qu'on en sent l'envie. Cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule à trouver les obligations sociétales toxiques.

      Supprimer
  4. J'adore cet article !!! Tu résumes parfaitement mon état d'esprit ! Et je partage ton avis sur les chats ! La Saint Valentin, je m'en contrecarre les ovaires (et heureusement, mon chéri aussi).

    Parenthèse : tu as lu le livre ? J'en avais entendu une chronique sur France Inter et il m'intéressait beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ta réponse ne m'étonne-t-elle pas ?... ;)

      Non, je n'ai pas ce livre et il va falloir que je me calme sur mes dépenses donc je ne l'ai pas mis en wish-list pour le moment. A voir. J'avoue qu'il m'intrigue !

      Supprimer
  5. Je suis un mois en retard... ;-) Mais il me semble que, si je cerne bien la tendance, la "gratitude" dont il serait question (et qui est super à la mode en ce moment), ce n'est pas de la reconnaissance envers quiconque en particulier, mais plutôt un genre de pensée positive, de choses dont on peut se féliciter (et qui peuvent très bien être dues à soi-même! mais, au final, toujours un peu au hasard aussi). Par exemple : gratitude de vivre sans douleur et sans maladie, gratitude pour le café de ce matin bu tranquillement en regardant par la fenêtre, etc. Bref, une façon de mettre en avant les petites (ou grandes) choses qui nous permettent d'être heureux/-ses, même si notre vie n'est pas parfaite ou ne correspond pas, justement, à un idéal quelconque vendu par les média.

    Cela dit, peut-être que cela non plus ne t'intéresse pas. Perso, j'avoue que je ne suis pas trop versée dans ces trucs-là. Je n'ai jamais eu aucun mal à "voir le positif", donc je crois que je le fais naturellement. Pour le reste, je dois vivre sous une roche, comme on dit en anglais, parce que je ne ressens pas vraiment les pressions sociétales. Pour moi, la Saint-Valentin, c'est mon fils qui nous rapporte une carte qu'il a fabriquée à la garderie et sur laquelle il est écrit "Je t'aime papa, Je t'aime maman"... Mais ça ne nous empêche pas de nous le dire tous les jours aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flûte, je t'avais rédigé une réponse longue comme le bras et elle n'est pas passée !
      En substance, je disais que je me reconnais dans ce que tu dis (à savoir que je n'ai pas de mal non plus à voir le positif). Donc en effet, ceci explique peut-être cela.
      En fait, ce qui m'insupporte dans la mode actuelle autour du développement personnel, c'est qu'on fini par nourrir l'impression qu'il y a "obligation" d'être heureux, comme si c'était aussi simple. Cela me fait un peu flipper, aussi, par certains aspects mais je ne vais pas développer ici.

      Supprimer