11 février 2018

"Le jour où j'ai voulu devenir populaire", de Meg Cabot


"Cette année, c'est décidé, moi, Steph Landry, seize ans, je veux plaire, être la première en tout. Je veux devenir populaire. Et pour cela, j'ai un secret : un vieux bouquin, qui donne les recettes pour se faire aimer de tous. Au point où j'en suis, je ne risque rien ! Du moins, c'est ce que je crois..."

Si vous suivez un minimum ce blog, vous savez que je suis devenue fan de la plume de Meg Cabot, même si je suis loin d'avoir tout lu d'elle (elle est sacrément prolifique !) et que certains de ses titres me parlent plus que d'autres.
Ainsi, fin 2017, j'ai été plutôt déçue par la trilogie Blonde.

Pas question, pourtant, de rester sur cette impression mitigée. Je lorgnais aussi sur les one-shot de la romancière et, par chance, je suis tombée sur l'édition epub du titre Le jour où j'ai voulu devenir populaire ; j'avais un peu peur d'y trouver des gros clichés de comédie pour ados, cependant Meg Cabot étant Meg Cabot, je me suis laissée tentée. Bien m'en a pris !

La narratrice est une jeune fille au caractère bien affirmé, entourée d'amis fiables (même si certains sont un peu barrés, sinon ce serait moins drôle) et d'une famille plutôt atypique (par certains aspects, elle inverse le rôle avec ses parents). Sa complicité avec son grand-père est particulièrement touchante, surtout qu'elle trouve ses sources dans leur passion commune pour les chiffres. De ce fait, elle est un peu déchirée entre lui et sa mère, vu qu'ils ne se parlent plus et qu'elle les aime tous les deux.
Le grand-père est d'ailleurs l'un des personnages clé du roman, disons juste que dans sa quête de popularité, c'est lui que Steph risque le plus de blesser, au final, mais je n'en dirai pas plus.
Le roman a surtout pour sujet la volonté de la jeune fille de redorer son blason. Le mot harcèlement n'est jamais prononcé, pourtant il est évident qu'elle a fait l'objet d'un acharnement systématique tellement mesquin de la part de Lauren (la coqueluche locale) que "ne fais pas ta Steph" est devenue une expression utilisée par toute la population de leur petite ville... même si la plupart des gens ne savent pas ou ont oublié que celle elle, la Steph en question, et qu'ils la blessent à chaque utilisation de cette boutade.

Du coup, l'ado décide de se retrousser les manches pour changer tout ça, au grand dam de son meilleur ami - qui a eu le culot de devenir sexy pendant les grandes vacances - et attaque la rentrée attifée dans un style sophistiqué qui n'a jusque-là jamais été le sien.
Tiendra-t-elle le marathon qui s'annonce ?... là est la grande question.
Elle va en tout cas découvrir que certaines personnalités du lycée sont bien différentes de ce qu'elle croyait - j'adore comme certains clichés sont exploités puis détournés ! - et trouver des alliés inattendus, surtout quand il faudra faire des choix mettant en péril tout son plan.

J'ai adoré commencer l'année avec ce petit roman. Il est plein de peps, m'a fait rire sans oublier de m'émouvoir, j'y ai retrouvé toute la verve d'une romancière que j'apprécie décidément beaucoup et... je compte bien me le relire.
L'air de rien, Le jour où j'ai voulu devenir populaire a gagné sa place dans ma boîte de romans feel good dédiés aux envies de cocooning.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire